CONSTATS: LA QUALITE DE L’AIR A GANSHOREN

En moyenne 65.000 véhicules entrent chaque jour sur l’avenue Charles-Quint et dans le tunnel Léopold 2 soit près d’un tiers de l’ensemble des véhicules qui pénètrent chaque jour dans Bruxelles.

Au-delà des conséquences visibles en matière de congestion automobile, cette situation implique une dégradation de la qualité de l’air dans notre Commune et particulièrement pour les Ganshorenois qui habitent l’avenue Charles-Quint et les quartiers environnants. En outre, beaucoup de jeunes sont scolarisés à proximité de ces sources de pollution (Collège du Sacré-Cœur, Notre Dame de la Sagesse, Athénée royale de Ganshoren).

Pour rappel, près de 30.000 tonnes de polluants gazeux sont émis à Bruxelles chaque année. Ces polluants se retrouvent dans l’air que nous respirons et peuvent avoir un effet direct sur la santé avec un lourd impact sur l’espérance de vie. On peut citer par exemple :

  • les pathologies pulmonaires : asthme, inflammations, réduction de la fonction pulmonaire, altération de la croissance pulmonaire chez les enfants ;
  • les maladies cardiovasculaires : altération des vaisseaux sanguins, augmentation de la tension artérielle, caillots de sang (accident vasculaire cérébral) ;
  • dégénérescence et réduction de fonction du système nerveux ;

A cet égard, pour le dioxyde d’azote, la valeur limite de 400 g/m³ sur une heure n’est pas respectée : pour le poste de mesure en direction de la Basilique on note un dépassement pendant plus de 60% du temps durant les jours ouvrables, et pendant 50 % du temps durant le weekend et jours fériés.  Par ailleurs, un rapport récent de Bruxelles-Environnement (Rapport ExpAIR) a mesuré la concentration de black carbon[1] sur l’ensemble de la Région bruxelloise. La concentration de desdits polluants enregistrée sur l’avenue Charles-Quint, aux entrées du tunnel Léopold II et dans les quartiers voisins fait partie des plus élevées de la Région bruxelloise comme le montre la figure de la page suivante.

Concentrations de black carbon dans les principales rues de la Région bruxelloise lors des heures de pointe matinale et verspérale. Période de référence 2014-2016.

Source: Bruxelles Environnement (2017), Projet Expair, http://geoportal.ibgebim.be/webgis/

 

Parc Elisabeth – Concentration de polluants à côté d’une plaine de jeux

En octobre 2017, je révélais à la presse une conclusion alarmante du rapport d’incidence réalisé dans la cadre du projet de rénovation du tunnel Léopold II qui date de novembre 2016. Ce rapport indique que la dizaine de grilles de ventilation du tunnel qui sont localisées dans le parc Elisabeth rejette de l’air vicié chargé en polluants. Pire, une desdites grilles se trouve à proximité d’une plaine de jeux.

A cet égard, le rapport indique qu’  il est important de mettre en place de systèmes de sécurité autour de ces plaques/bouches d’aération afin d’éviter tout passage de promeneur sur ces dernières ou à proximité immédiate, ce qui les exposerait ponctuellement à des fortes concentrations en polluants atmosphériques. Ce risque est encore plus marqué dans le parc Elisabeth, étant donné qu’il est fortement fréquenté par des promeneurs et notamment des enfants qui joueraient à proximité immédiate de ces bouches d’aération. »

A la suite de mon intervention, la Ministre de l’Environnement a commandité une étude spécifique pour le Parc Elisabeth afin d’évaluer les concentrations de polluants à la sortie des grilles de ventilation.

La conclusion de cette étude est sans appel : « les polluants émis par la grille de refoulement lorsque la ventilation du tunnel direction « centre » est activée induisent un impact significatif sur les concentration de black carbon relevées à la même grille. » Après mon intervention, la grille de ventilation a été sécurisée par Bruxelles-Environnement. Il faudra malheureusement attendre la rénovation du tunnel Léopold II afin de déplacer les grilles de ventilation en dehors du parc.

Élargissement du Ring nord – un projet qui impactera négativement Ganshoren

En 2013, le Gouvernement flamand a marqué son accord pour une augmentation des bandes de circulation (6 à 10) entre Grand-Bigard et Zaventem. Cet élargissement démarrerait en 2019 pour aboutir au minimum en 2023.

Selon une étude commandée par le Gouvernement bruxellois en 2013, l’élargissement du Ring impliquerait une augmentation de 54.000 voitures particulières entrantes chaque jour sur le territoire bruxellois. Une part importante de ces flux traverseront Ganshoren et viendront s’ajouter aux 65.000 véhicules qui entrent chaque jour sur le territoire communal.

L’augmentation du volume de voitures sur le Ring va entrainer une augmentation significative de certaines particules fines[2] et ultrafines inhalées par les habitants de notre Commune.

En outre, l’impact de ce chantier colossal durant la durée des travaux n’a pas été étudié tant en ce qui concerne le report de flux qu’en matière de coordination avec les chantiers qui auront lieu sur le territoire bruxellois en ce compris sur Ganshoren avec la rénovation programmée du tunnel Léopold II qui débutera au mois de mai prochain.

Nous ne pouvons pas souscrire à ce projet. A cet égard, à mon initiative, la Commune de Ganshoren a interpellé la Région bruxelloise afin d’être associée dans les discussions avec la Région flamande. Nous avons obtenu gain de cause, la Commune sera prochainement à la table des discussions avec les Gouvernements bruxellois et flamand.


 Mes Propositions

  1. Pour l’avenue Charles-Quint

  • Plaider auprès de la Région bruxelloise pour prolonger le tunnel Léopold II sous l’avenue Charles-Quint et profiter du prolongement afin de réaménager l’avenue en surface. Ce réaménagement prévoirait notamment des pistes cyclables séparées et sécurisées ainsi qu’une réfection complète des trottoirs augmentant l’espace dédié aux piétons ;
  • Plaider pour augmenter le nombre de caméras afin de contrôler le respect de la zone basse émission;
  • S’assurer de la bonne implantation des antennes de télémesures à Ganshoren afin d’objectiver la qualité de l’air et soumettre la Région bruxelloise aux astreintes prévues en cas de dépassement des seuils européens ;
  • Exiger de la part de la Région bruxelloise une étude épidémiologique relative à l’influence des polluants automobiles sur la santé des Ganshorenois
  1. Pour le Parc Elisabeth

  • Informer les habitants, les promeneurs et les écoles qui organisent leurs cours de gymnastique dans le parc de la dangerosité des grilles de ventilation via la mise en place d’une signalétique claire;
  • Déplacer la plaine de jeux à une distance suffisante des grilles de ventilation ;
  • Plaider auprès de Bruxelles-Environnement pour mener des études approfondies de la qualité de l’air dans le parc Élisabeth notamment aux entrées et sorties du tunnel Léopold II ;
  • Dans le cadre de la rénovation du tunnel Léopold II, exiger la mise en place d’un système de traitement de l’air performant ;
  1. Pour les sportifs

  •  Pour les infrastructures sportive de pleine air, interdire l’accès aux clubs et associations sportives en cas de dépassement des seuils de pollution.
  1. Dans le cadre de l’élargissement du Ring

  • Exiger auprès de la Région bruxelloise une étude d’incidences afin d’évaluer l’impact de l’élargissement tant en ce qui concerne la qualité de l’air que la congestion automobile ;
  • Plaider pour l’instauration d’un parking de transit à l’entrée de l’avenue Charles-Quint afin que les navetteurs puissent facilement changer de mode de transport.

 

[1] La caractéristique principale du black carbon est qu’il s’agit d’un polluant particulaire fortement lié aux processus de combustion.

[2] Cfr. IRCEL-CELINE (2011), Estimation de l’impact des émissions du Ring (RO) sur la qualité de l’air en Région bruxelloise.